L'Archéologie, c'est quoi?

Coté pratique

L'archéologie est très règlementée car un archéologue ne se contente pas de "gratouiller" le sol. C'est un professionel qui cherche à appréhender toute la superficie fouillée afin de restituer ses différentes phases d'occupations par l'homme. Pour ce faire, il procède à un séquençage chronologique en individualisant, sous le nom d'unité stratigraphique (US), chaque strate du terrain (en fonction de la nature du sol, sa texture, sa couleur...). Chaque US correspond donc à un changement dans l'occupation du site. C'est cette base de travail qui permet une lecture concrète des vestiges et la constitution d'une documentation scientifique exploitable. Comme l'archéologie est par essence destructrice (chaque couche fouillée disparaît à jamais), dans le cas d'une découverte fortuite il est impératif de contacter les autorités compétentes qui mettront en oeuvre toutes les techniques permettant la restitution des informations dont n'importe quel artefact est porteur.

 

Bon à savoir :

  • En cas de découverte archéologique l’inventeur des vestiges (c'est-à-dire le découvreur) et le propriétaire du terrain doivent avertir le maire de la commune qui préviendra le préfet. Ce dernier saisira le service régional de l’archéologie. Pour toute découverte sur le territoire de la communauté de communes de Tarn et Dadou, l'Archéosite de Montans peut également faire le relais avec les autorités compétentes.
  • Toute personne qui découvre un bien culturel est tenue de le laisser en place et de ne pas y porter atteinte.

  • Qui peut fouiller : « Nul ne peut effectuer sur un terrain lui appartenant ou appartenant à autrui des fouilles ou des sondages (...) sans en avoir au préalable obtenu l’autorisation » (loi du 27 septembre 1941). La responsabilité d’une fouille ne peut être confiée qu’à une personne ayant fait la preuve de sa compétence dans le domaine de l’archéologie. L’autorisation, délivrée par l’État, est nominative.

  • Sur les détecteurs de métaux, la loi du 18 décembre 1989 interdit leur utilisation à des fins archéologiques sans autorisation préfectorale préalable.