L'Archéologie expérimentale : des collections vivantes

L'archéologie expérimentale est une pratique relativement récente dans la recherche scientifique. Elle tend, à partir des vestiges produits par une société humaine à un moment précis de son histoire, à reconstituer l'usage et le mode de fabrication de ces objets par la manipulation d'outils et de matériaux similaires à ceux de l'époque étudiée. Les résultats obtenus permettent de valider certaines observations de terrain et constituent une tentative d'approche de tous les processus mis en œuvre dans la réalisation d'un objet.

Depuis plusieurs années, l'Archéosite de Montans s'inscrit dans cette démarche innovante. Ainsi, en 2000, un four gaulois et un autre romain ont été construits afin de réaliser une cuisson expérimentale de céramiques. Plus récemment, un autre projet a été mené autour de la fabrication de la bière gauloise en partant des grandes jarres exposées à l'Archéosite ; ces dernières ayant pu servir à fabriquer des boissons fermentées. Les premiers résultats de l'étude ont été présentés aux Journées du patrimoine en 2012.

(Crédit photo : Lionel Izac-Imbert)                                                                         

 

Conscient de l'intérêt et des apports majeurs que recèle l'expérimentation, l'Archéosite s'investit à présent dans un projet d'envergure internationale afin de reproduire un torque gaulois en or découvert à Montans en 1843 et conservé au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines). Initié par l'Archéosite, ce projet consiste à organiser l'étude de l'objet original par Barbara Armbruster, spécialiste d'orfèvrerie protohistorique au sein du CNRS, et d'en reproduire une copie par un maître d'art selon un protocole d'archéologie expérimentale. Ce projet sera documenté par des captations vidéo au fur et à mesure de son évolution et donnera lieu à plusieurs publications scientifiques et différentes actions de médiation. En ce cas précis, l'archéologie expérimentale permet non seulement de renouveler notre vision d'une société, mais elle ressuscite également des gestes et des techniques oubliés.

 

(Crédit photos : Barbara Armbruster)