Les reconstitutions

crédit photo YKpano - Les Ambianis - Archéosite de Montans 2009

Faire revivre le passé :

Les reconstitutions historiques sont une des actions de médiation que nous organisons. Cette démarche permet de rendre l'histoire vivante et de créer un lien direct entre des passionnés d'histoire, les chercheurs et le grand public au cours d'évènements intégrés dans notre programmation culturelle. Les reconstitutions se distinguent de l'archéologie expérimentale dans le sens où l'expérimentation répond avant tout à un questionnement scientifique tandis que la reconstitution a pour objet principal de transmettre les connaissances que nous avons d'une période.

 

Des reconstitutions permanentes :

Que ce soit par son côté esthétique, culturel, historique ou encore archéologique, un objet dans une vitrine peut se suffire à lui-même. L'Archéosite de Montans propose cependant d'aller plus loin et de placer le mobilier archéologique dans son contexte en créant plusieurs espaces de reconstitutions :

  La rue romaine : Les fouilles de Montans ont mis au jour plusieurs fondations de bâtiments datant de la période romaine, alignés selon un axe de circulation. Afin de permettre aux visiteurs de se projeter plus facilement dans cette époque et d'en recréer l'ambiance, le musée accueille la reconstitution d'une rue, telle qu'elle aurait pu exister à Montans au début de notre ère. Son organisation générale est directement issue des vestiges découverts lors de fouilles de la route départementale qui traverse le village. L'apparence précise des bâtiments et leurs fonctions restent toutefois hypothétiques. Les exemples permettant d'imaginer l'aspect d'une rue sont à chercher ailleurs dans le monde romain : le sud de la Gaule et, bien sûr, le site de Pompéi.

Quatre boutiques, fréquentes dans les agglomérations romaines, ont ainsi été reconstituées : le pistrinum (la boulangerie), le thermopolium (la taverne mais plutôt dans sa version restauration rapide), le ferramentarium (la boutique du forgeron) et la boutique du potier.

Domus : C'est une petite maison de ville, à la différence de la villa qui est une exploitation agricole à la campagne. Là encore, si quelques fondations de domus ont été identifiées à Montans, c'est à partir des fouilles de Pompéi que s'articule la reconstitution de l'Archéosite. Autour de l'atrium et de son bassin vous découvrirez ainsi : la culina (la cuisine), les cubicula (les chambres) et le triclinium (la salle à manger).

Un atelier de potier et un four à sigillées ont également été reconstitués dans le parc de l'Archéosite selon les methodes et les matériaux de constructions employés au début de notre ère. Le four est présenté selon une coupe qui permet de comprendre son organisation interne et la technique de cuisson très particulière introduite par les Romains en Gaule.

 

 

Les journées de reconstitution :

Chaque année, au mois d'avril, l'Archéosite accueille une troupe de reconstitution historique. Abordant tantôt la période gauloise, tantôt la période romaine, chacune des troupes s'implante dans le parc durant toute une semaine. Des démonstrations et des ateliers abordant la vie quotidienne ou la pratique militaire, permettent d'animer ces journées.

Une attention toute particulière est apportée dans le choix des troupes que nous accueillons. Chacune, loin de se contenter de véhiculer les grands poncifs dont sont affublées les périodes gauloises ou romaines, se distingue surtout par son souci de proposer des reconstitutions les plus approchantes possible de ce que fut la réalité de nos ancêtres.

(Crédit photo : VIIIe Augusta)